Ce fut ensuite le vœu proposé par la majorité sur la piscine.

Abderahim Hafidi prit la parole pour dénoncer l’état qui ne tenait pas ses promesses. Il en profita pour revenir sur la délibération concernant son indemnité de conseiller municipal délégué d’un montant de 1 800€ , expliqua comprendre ceux qui s’étaient abstenus : conseillers du groupe de Jean-Jacques Karman et conseillers de droite mais fustigea ceux qui avaient voté contre, c’est à dire les conseillers du groupe socialiste en leur délivrant une grande leçon de morale à deux vitesses. D’après lui, dans l’ancienne mandature –dont il faisait partie- une conseillère se permit d’être absente pendant deux ans et continuant à toucher ses indemnités. A vérifier donc.

Suite à l’abandon du projet de centre aquatique olympique pour Aubervilliers, madame la maire présenta le vœu demandant des compensations sous la forme de la construction d’une piscine sur le terrain du Fort.

Pour se faire une opinion voici tous les documents

Communiqué du 9 juin  de la municipalité :

http://www.aubervilliers.fr/IMG/pdf/communique_deceptionincomprehensionpiscineolympique__09062016.pdf

Vœu présenté au conseil municipal du 23 juin

 

 

Aubervilliers demande réparation.

 

Le comité de candidature aux Jeux Olympiques et Paralympiques « Paris 2024 » a décidé de localiser le futur Centre aquatique olympique sur les terrains loués par la Ville de Paris au groupe Engie à l’Ouest du Stade de France à Saint-Denis.

Il y a trois mois le même comité avait décidé d’abandonner le site des terrains Total et Lafargue retenus depuis longtemps par les villes d’Aubervilliers, de Saint-Denis et par Plaine Commune, au bord du Canal, en argumentant sur la nécessité de disposer de plus de 6 hectares d’un seul tenant !

Il y a un mois, la Ville d’Aubervilliers en coopération avec Grand Paris Aménagement, copilote avec la ville des futurs chantiers sur la ZAC du Fort d’Aubervilliers, a proposé d’implanter le Centre aquatique sur ce quartier en plein essor.

Ce site disposant d’atouts indéniables, proximité du village  des médias, du Stade de France, du village olympique, du cœur de Paris, avec une bonne desserte en transports en commun, susceptible d’accélérer la transfiguration de l’ex RN2, n’aura pas eu davantage les faveurs du comité de candidature.

 

Le conseil municipal de la Ville d’Aubervilliers regrette cette décision qui tourne le dos à quinze années d’implication locale après les candidatures perdues aux Jeux olympiques de 2008 et 2012.

 

Considérant que le Président de la République, Jacques Chirac, s’était engagé en 2005, à réaliser le Centre aquatique malgré l’attribution des Jeux 2012 à Londres,

Considérant que les habitantes et les habitants, les sportives et les sportifs de la Ville d’Aubervilliers, ses élus locaux, ses maires successifs, ses parlementaires, se sont toujours investis pour voir aboutir un projet sportif partagé par toutes et tous,

Considérant que par son territoire, un des plus populaires de la métropole, la Ville d’Aubervilliers donne du sens au projet olympique,

Considérant que l’implication de la Ville d’Aubervilliers est une garantie de voir tout projet olympique soutenu et défendu par le plus grand nombre de citoyens en valorisant les pratiques sportives qu’elles soient scolaires, universitaires de loisirs ou compétitives, d’égal accès à toutes les générations, aux femmes comme aux hommes, quelles que soient leurs situations sociales,

Considérant qu’un projet olympique  doit également donner du sens aux politiques de développement économique, d’inclusion sociale, de rénovation urbaine, de transition énergétique, d’écologie et de développement durable,

Considérant la sélection d’ores et déjà acquises de quatre jeunes d’Aubervilliers aux Jeux Olympiques de cet été à Rio,

Le Conseil municipal de la Ville d’Aubervilliers réuni le jeudi 23 juin 2016 demande réparation à l’Etat membre cofondateur du comité de candidature aux côtés du Comité national olympique et sportif français, du comité paralympique et sportif français, de la Région Ile-de-France et de la Ville de Paris.

Le Conseil municipal demande que soit étudiée la réalisation puis arrêté le financement d’un équipement sportif aquatique parmi les autres équipements publics de la ZAC du Fort d’Aubervilliers que les Jeux soient attribués ou pas à la Ville de Paris par le CIO qui votera pour cela le 13 septembre 2017.

Le Conseil municipal demande également que le premier site qu’il a proposé pour l’implantation du Centre aquatique olympique au bord du canal fasse l’objet d’expertises pour qu’Aubervilliers participe à l’aventure olympique avec le Département de Seine Saint-Denis, l’établissement public Plaine Commune et la Ville de Paris.

 

Un vœu que nous aurions pu croire consensuel.

 

Position des élus socialistes et républicains :

 Il n’en fut rien pour le groupe socialiste. Jean-Yves Vannier annonça que le groupe voterait contre ce vœu s’il n’était pas modifié. Il lut ensuite un texte qui expliquait cette opinion. Résumons ces arguments :

En premier lieu, les différentes positions de Plaine Commune qui avait tout fait pour que le terrain d’Aubervilliers ne soit pas retenu. En particulier, l’autorisation donnée pour que des émergences de la future ligne 15 du grand Paris Express soient situées sur ce terrain pourtant réservé par Aubervilliers pour la piscine olympique et qui a définitivement recalé notre ville sur ce dossier.

 Rendre donc l’Etat ou la Région ou la capitale responsable de cet échec semble un peu cavalier ! D’ailleurs, ce n’est pas le projet de piscine qui est actuellement abandonné. Bien au contraire puisque c’est Saint-Denis qui décroche le gros lot…

Deuxième reproche, l’absence de suivi de ce dossier depuis deux ans en rappelant que les dossiers du campus Condorcet et de l’arrivée du siège social de Véolia avaient avancé grâce à un gros travail de l’équipe précédente.

Pour finir,  Jean-Yves Vannier précisa qu’ils soutenaient une demande de contrepartie de la part de l’état.

Pour ceux qui souhaiteraient avoir un exposé plus précis, vous pourrez retrouver le texte concernant ce sujet sur le site des élus PS.  Avec une information supplémentaire. Ce sont les propositions de compensation de l’Etat, refusées pour l’instant par Meriem Derkaoui.

https://eluspsauber.wordpress.com/2016/06/25/projet-de-centre-aquatique-olympique-explication-de-vote-au-conseil-municipal/

Pour faire bonne mesure, le texte du site du PCF :

http://pcfaubervilliers.fr/spip.php?article1374

Pour finir, Meriem Derkaoui tenta de convaincre de l’importance d’un vote unanime sur ce texte mais sans succès. Comme nous pouvions nous y attendre, le texte ne fut pas modifié, comme le demandait Jean-Yves Vannier, pour tenir compte de la responsabilité de Plaine Commune et de la municipalité dans ce dossier.

Ce fut donc un vote contre pour les trois élus présents : Jean-Yves Vannier, Benoît Logre et Daniel Garnier ainsi que deux pouvoirs : Rachid Zairi et Evelyne Yonnet. Quant à Omar Aït-Bouali qui avait confié son pouvoir à Jean-Yves Vannier, il avait choisi de voter pour ce vœu, se rapprochant ainsi de Meriem Derkaoui comme il l’avait fait lors de son élection comme maire.

Les autres groupes votèrent tous pour ce voeu. 

Alors pour ou contre ? Avec tous ces éléments, vous devriez pouvoir vous faire une opinion sur ce sujet.

 Ce sera donc…

(A suivre...)